Bonjour à tous,       

            Pour ce nouveau chapitre, nous refaisons un bond en arrière dans le temps pour nous retrouver le samedi, en fin de matinée, au moment où Aidan invite Lolita à entrer dans son squat. Mais dans la mesure où la narratrice cette fois-ci est Zora, les évènements seront bien sûr relatés de son point de vue.

          Dans cet épisode nous verrons principalement Zora ainsi que les personnages de Mick et Joey représentés par des figurines action (échelle 1/6). Je pallie comme je peux mon manque de BJD masculines !

Avertissement : Récit destiné à un public adulte.

 

CHAPITRE 13

LE PLAN DE ZORA

 

            Samedi : pas grand-chose en vue pour aujourd'hui ! Mick est réquisitionné pour une réunion de famille : son père a menacé de le ficher dehors s'il n'y va pas ! Mes autres copains sont occupés à courir les filles ou préparer un mauvais coup. Bref, une longue journée d'ennui s'annonce pour moi !

          Je décide de nettoyer mon poignard, histoire de faire quelque chose, quand soudain, j'entends le bruit de la moto d'Aidan. Il n'y a pas trente-six mille motos en ville et je reconnais parfaitement le bruit du moteur de sa moto. Je m'approche de la fenêtre pour jeter un coup d'œil. Je le vois en train d'ouvrir la porte de son squat, suivi de près par Lolita.

Photo 01 : Zora épie Aidan et Lolita

Photo 01 Zora épie Aidan & Lolita

          Cela me fait un choc, comme un coup de poing dans le ventre ! C'est la première fois que je la vois entrer chez lui. Ça signifie qu'ils sont plus intimes que je le croyais. Je ressens le même désespoir et la même amertume que j'ai ressentis lorsque j'ai été abandonnée à sept ans par ma famille d'accueil, ou quand plus tard, cette horrible femme a dit qu'on ne pouvait pas m'aimer. Aidan m'appartient et cette fille n'a pas le droit de mettre la main dessus ! Je me suis assise par terre découragée, et j'ai pleuré, ce qui ne m'est pas arrivé depuis au moins quinze ans.

Photo 02 : Zora découragée

Photo 02 Zora découragée

            Mais ce moment de faiblesse n'a pas duré longtemps. J'ai essuyé rageusement mes larmes et je me suis traitée d'idiote ! Comme d'habitude, je parviendrai à mes fins et j'aurai ce que je veux. Il me suffit juste de trouver un moyen pour me débarrasser une bonne fois pour toutes de Lolita.

          Je passe l'après-midi à tourner en rond dans mon squat, comme un fauve en cage, échafaudant des plans dont aucun n'est vraiment réalisable. Il y a toujours un détail qui cloche. Je suis si énervée que je n'ai même pas faim. Je finis par m'affaler sur mon vieux fauteuil. J'imagine des scènes d'amour torrides entre Aidan et Lolita, ce qui n'arrange pas mon humeur. Je regarde par la fenêtre la nuit tomber peu à peu mais la lueur laiteuse de la pleine lune empêche les ténèbres de tout envahir. Je ferme les yeux et m'endors à moitié.

Photo 03 Zora s'endort

Photo 03 Zora s'endort

              Le bruit d'une porte qui se ferme me réveille. Je me lève d'un bond et me précipite vers la fenêtre. J'aperçois Lolita qui s'éloigne à pas rapides de chez Aidan. Mais qu'est-ce qu'elle fait, cette tarée ? Pourquoi s'en va-t-elle en plein milieu de la nuit ? Surtout, je m'étonne qu'Aidan la laisse partir, alors que tout le monde sait que la ville est dangereuse dès qu'il fait noir.

           Il me vient soudain une idée : si Lolita prend des risques, je pourrais m'arranger pour qu'il lui arrive vraiment des problèmes. Il me suffit de la suivre et il me serait facile de lui régler son affaire ! Je regarde, tentée, mon couteau qui traîne sur la table. Mais je balaie vite ce plan. D'abord, même si je suis loin d'être une sainte, je n'ai jamais tué personne et je ne suis pas sûre d'être capable de le faire. Ensuite, je ne veux pas faire la sale besogne moi-même. Si jamais Aidan découvrait la vérité, il ne me pardonnerait jamais. Par contre, si quelqu'un le faisait à ma place, je pourrais dire sans mentir que je n'ai jamais touché à Lolita. La responsabilité indirecte, ça compte moins, enfin, je crois !

Photo 04 : Zora regarde Lolita partir

Photo 04 Zora regarde Lolita partir

               Agiter toutes ces pensées dans ma tête m'a épuisée et je décide d'aller dormir. La nuit porte conseil, comme on dit !

           Le lendemain, je me réveille fraîche et reposée, de meilleure humeur, car j'ai en tête un plan infaillible pour mettre hors-jeu Lolita. Je me prépare un petit café instantané et croque quelques biscuits, cadeaux de Mick qui les a piqués dans la réserve des Punisseurs. Ça lui arrive d'être sympa de temps en temps !

           Je décide tout d'abord de rendre visite à Aidan pour essayer de lui tirer les vers du nez. Qu'est-ce qui s'est passé hier soir pour que Lolita décide de s'en aller en pleine nuit ? Une dispute ? Mais, tel que je connais Aidan, il l'aurait au moins raccompagnée. Puis, soudain, la solution m'apparaît assez évidente : elle a dû partir sans qu'il le sache, pendant qu'il dormait. J'ai souri en imaginant sa réaction ce matin : il devait être furax contre elle !

           Je frappe plusieurs coups contre la porte jaune, mais Aidan fait le mort. Pourtant, je sais qu'il est là, d'ailleurs sa moto est stationnée à proximité. Quel enfoiré ! Il pourrait me répondre. Je donne même des coups de pied contre le bois pour faire plus de bruit, mais rien ne bouge dans la maison. Au bout d'un moment, je finis par m'éloigner.

Photo 05 : Zora frappe chez Aidan

Photo 05 Zora frappe chez Aidan

           Cela m'ennuie un peu de ne pas savoir exactement ce qui s'est passé hier entre Aidan et Lolita, mais ce n'est pas trop grave. Je n'ai pas de temps à perdre si je veux mettre en œuvre le plan que j'ai imaginé. Grosso-modo, il doit se dérouler en deux étapes :

- Première étape : je vais faire parvenir à Lolita un message, de la part d'Aidan bien sûr, qui lui donne rendez-vous à son atelier demain matin. Je sais que le lundi, Aidan n'est jamais là parce qu'il fait la tournée des bunkers pour traiter d'affaires diverses avec eux.

- Deuxième étape : il se pourrait qu'un accident arrive à Lolita devant l'atelier, du genre balle perdue !

          Pour réaliser mon plan, j'ai besoin de deux complices. Le premier, c'est Mick à qui je vais demander de porter le message à Lolita. Je sais exactement où elle squatte. Récemment, j'ai demandé à l'une de mes relations, Stevie la Fouine, le bien-nommé, de me localiser cette fille, ce qu'il a fait rapidement et sans difficultés. Ce mec est capable de te retrouver n'importe qui dans la ville ! Cela m'a coûté deux bouteilles de gnôle mais cette info me sert bien aujourd'hui.

           Il me reste à trouver Mick mais j'ai ma petite idée : il traîne souvent dans les parages d'une vieille station d'essence désaffectée, quelquefois avec des potes, quelquefois tout seul, à fumer une clope. J'ai de la chance, il est bien là où je pense.

Photo 06 : Zora retrouve Mick

Photo 06 Zora retrouve Mick

Je l'interpelle :

- Hé, Mick !

- Zora ! Qu'est-ce que tu…tu fous ici ?

- Salut, quand même !

- Hum !

             Mick me regarde d'un air maussade. Il a l'air de mauvais poil aujourd'hui. Ça tombe mal !

- Je me suis demandé si tu pouvais me rendre un petit service, commencé-je prudemment.

- Quoi encore ?

- Il s'agit juste d'apporter un message à quelqu'un.

- A qui et où ?

- A une fille qui habite au sud de la ville, dans la zone des squatteurs.

- Tu déconnes ou quoi ! Ça se trouve au…au diable ! T'as qu'à y aller toi…toi-même !

- Je ne peux pas le faire moi-même, c'est une surprise.

Mick ricane :

- Telle que…que je te connais, je parie que c'est une mauvaise surprise ! Eh ben, c'est non ! Hors de…de question !

             Soudain, j'ai un petit éclair de génie ! Depuis que Mick a eu une petite bagarre avec Aidan, il y a deux ou trois mois, il ne peut pas le sacquer. D'autant plus qu'Aidan l'avait débiné ensuite à son père qui lui avait filé une rouste. Je sais exactement ce qu'il faut dire à Mick pour le décider à me filer un coup de main.

- En fait, le message, c'est pour la copine d'Aidan. Elle m'a énervée récemment et je veux lui donner une petite leçon.

Mick dresse l'oreille, l'air soudain intéressé :

- Si…si c'est pour jouer un mauvais tour à la copine d'Aidan, alors c'est O.K ! Mais…mais, tu me connais, je ne fais rien gratuitement ! Qu'est-ce que tu…tu me donnes ?

- Je te donnes mon couteau, dis-je en soupirant.

           J'avais prévu le coup et je l'ai emporté avec moi. Je le lui tends et il s'en empare avec un grand sourire. C'est devenu presque un jeu entre nous : la prochaine fois qu'il me demandera un service à son tour, je le lui reprendrai !

            Je remets à Mick le message que j'ai écrit sur une feuille de papier. Comme je ne sais pas exactement ce qui s'est passé entre Aidan et Lolita hier soir, je suis restée assez vague dans la formulation. J'espère que ça marchera !

Photo 07 : Zora remet le message à Mick

Photo 07 Zora remet le message à Mick

            Voilà une bonne chose de faite ! Par contre, pour la deuxième partie de mon plan, cela va être plus compliqué. Il va falloir que j'aille voir Joey. Joey est un gars qui n'est pas très fute-fute. En fait, je crois qu'il lui manque une case. Mick dit assez méchamment et de façon imagée qu'il n'a pas l'électricité à tous les étages ! Joey n'est pas doué pour grand-chose mais il est costaud et sait se battre. Il sait aussi bien se servir d'armes à feu. Voilà pourquoi Russell l'affecte la plupart du temps à la surveillance des entrepôts de carburant. Personnellement, je trouve que ce n'est pas très judicieux de confier une arme à un mec qui n'a aucune jugeotte et la gâchette facile, mais c'est la décision du chef !

              J'ai déjà dit que Mick ne s'intéresse pas du tout à moi en tant que fille, mais par contre, Joey a toujours été entiché de moi. Je ne sais pas bien si je dois le considérer comme un avantage ou un inconvénient. D'un côté, cela me permet de le manipuler assez facilement pour obtenir ce que je veux, d'un autre côté, quand je lui demande un service, je dois payer de ma personne. A chaque fois, je dois le laisser m'embrasser : beurk !

             Je me dirige vers les entrepôts de carburant et lorsque j'approche de l'entrée, je fais des grands gestes et je crie fort pour éviter de me faire canarder :

- Salut Joey ! C'est Zora, ne tire pas !

Il commence par pointer son arme sur moi, puis me reconnaissant l'abaisse.

- Zora, quelle surprise ! s'écrie-t-il avec un large sourire. Entre !

Photo 08 : Zora rend visite à Joey

Photo 08 Zora rend visite à Joey

- De plus en plus jolie, dit-il en me parcourant de la tête aux pieds avec un air gourmand qui me dégoûte particulièrement.

- Je viens te voir parce que tu es le seul mec qui puisse m'aider dans une affaire un peu délicate, expliqué-je en prenant une voix cajoleuse.

J'invente un petit scénario à son attention et il m'écoute, l'air concentré.

- Voilà, Aidan vient de rompre avec sa copine, et elle a la rage contre lui. J'ai découvert qu'elle veut se venger et demain, pendant qu'il est absent, elle va s'introduire dans son atelier pour y foutre le feu. Tu ne voudrais pas qu'il arrive une chose pareille à l'un de nos chefs ?

- Ah, bon ? fait-il l'air surpris mais pas très inspiré.

- Il faut à tout prix l'arrêter : une balle bien placée l'empêchera de nuire. T'as pas besoin de dire que c'est moi qui t'ai prévenu, comme ça t'auras les félicitations d'Aidan et de Russell.

           Joey me regarde d'un air bovin, sans piper mot. Je continue :

- Demain, on ira se placer en embuscade devant l'atelier d'Aidan, et comme je la connais, je te la désignerai quand elle arrivera.

           Je n'ai pas envie que cet abruti flingue n'importe qui à la place de Lolita ! Joey prend la parole avec un petit sourire :

- Hé, Zora, je ne suis pas complétement idiot, tu as cette fille dans le nez et tu veux que je t'en débarrasse ! T'as pas besoin de me raconter toutes ces salades !

          Je le regarde avec étonnement : il n'est pas aussi con que je le pensais !

- Par contre, ça va te coûter plus cher qu'un simple baiser ! Tu me demandes quand même de tuer quelqu'un !

Photo 09 : Dans l'entrepôt de carburant

Photo 09 Dans l'entrepôt de carburant

           A l'entendre énoncer aussi crûment ce qui va se passer demain, je sens grandir une boule d'appréhension dans mon ventre. C'est comme si j'étais debout devant un lac aux eaux noires avec le choix de sauter ou de me sauver. Une fois que j'aurais sauté, je ne pourrais plus revenir en arrière. Je reste debout, statufiée, hésitant à dire à Joey de laisser tomber.

- Alors, qu'est-ce que tu fous ? J'attends mon paiement !

           Je finis par m'avancer lentement vers lui en me disant en moi-même : "T'en fais pas, Joey, quand je n'aurai plus besoin de toi, tu vas aussi payer et très cher !"

(A suivre)